About Portage

07-29-2011

Le dernier bulletin faisait état de deux nouveaux programmes instaurés dans le centre de Portage à Québec : le programme pour victimes de sévices et d’agressions sexuelles, présentant des problèmes de dépendance aux substances psychotropes et le projet « En emploi, moi j’y crois » pour les jeunes de moins de 30 ans qui ont vécu une problématique de toxicomanie Voici, en quelques mots, comment nos programmes évoluent :

« Maître de sa vie » – Programme pour victimes de sévices et d’agressions sexuelles, présentant des problèmes de dépendance aux substances psychotropes
Financé par le Bureau d’aide aux victimes d’actes criminelles (BAVAC), le projet « Maître de sa vie » a pour but de venir en aide à la clientèle qui bénéficie des services externes de réadaptation en toxicomanie du centre de jour de Portage à Québec et qui ont été victimes d’abus. L’objectif est de traiter toutes formes d’abus, de violence ou traumatismes afin d’en diminuer l’impact. Ce projet est réalisé en collaboration avec la sexologue clinicienne et psychothérapeute, Isabelle Proulx.

Madame Proulx précise : « Je suis très heureuse d’être impliquée dans ce projet. Depuis le début de ma collaboration avec Portage, j’ai pu constater comment les séquelles des abus physiques ou sexuels compromettent le rétablissement des personnes toxicomanes. Ces personnes sont plus méfiantes, ont d’avantage de difficulté à gérer les émotions (particulièrement la colère), elles sont parfois complètement coupées de leurs sentiments, elles ont intégré une vision d’elles-mêmes et des autres si négative et déformée qu’il est difficile de rétablir l’estime de soi, et des relations saines. Je pense qu’il est essentiel d’identifier et de traiter les séquelles des traumatismes dans le processus de thérapie chez Portage. C’est le défi que je relève avec l’équipe du centre de jour! »

Ce projet est offert en partenariat avec une étudiante à la maîtrise de l’Université Laval, au Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail. Au terme de la recherche, le profil de la clientèle sera établi et une liste des séquelles engendrées par les abus qui compromettent les chances de succès du processus réadaptation sera dressée.

Portage espère, par l’inventaire des services offerts, pouvoir dégager des lignes directrices afin de mieux cerner les besoins de la clientèle victime d’abus présentant des problèmes de dépendance aux substances psychotropes. Par le biais de formation et de supervision, les intervenants du centre de Portage à Québec seront sensibilisés à cette problématique et mieux outillés dans leurs interventions. Cette problématique touche environ 85 % de la clientèle du centre de jour de Portage à Québec.

Le projet « En emploi, moi j’y crois » pour les jeunes de moins de 30 ans

En partenariat avec Service Canada, le centre de formation de Portage à Québec a mis sur pied, en novembre dernier, un projet qui offre l’opportunité à des jeunes de moins de trente ans de réaliser une expérience de travail enrichissante qui leur permet d’augmenter leur employabilité tout en développant les compétences et les connaissances nécessaires pour évoluer dans le marché du travail. Le projet «En emploi, moi j’y crois!» rejoint des jeunes qui ont vécu une problématique de toxicomanie, d’alcoolisme ou de jeu pathologique. Ces jeunes ont le mérite d’avoir demandé le soutien nécessaire afin de sortir de cette dynamique qui affectait leur fonctionnement global.

Par ce projet, le centre de Portage à Québec offre de belles opportunités; les candidats peuvent à la fois travailler à temps plein en ayant accès à des ateliers de groupe et à des suivis individuels. Les activités visent le maintien d’un nouveau style de vie positif. L’accès à un emploi convenable est grandement facilité grâce à une subvention salariale couvrant 60 % du salaire.

Fait notable, les employeurs qui considéraient qu’embaucher un toxicomane constituait un risque trop élevé se sentent désormais rassurés puisqu’ils peuvent compter sur une structure de soutien qui a pour fonction de prévenir les problèmes par un suivi adéquat.

Portage reconnait les défis que pose la rareté de main-d’œuvre rencontrée dans la région Capitale-Nationale. C’est par son désir de favoriser la participation des personnes qui ont de la difficulté à réinsérer le marché du travail que Portage inscrit ses actions.

Quelques places sont toujours disponibles. Pour des renseignements supplémentaires, prière de communiquer avec Marie-Josée Gignac au 418.524.6038.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: