effets alcool foie

07-06-2018

Le foie est un organe exceptionnel, il remplit à lui seul plus de 300 fonctions vitales essentielles. Il est le réservoir de vitamines, mis à disposition de notre organisme. Véritable filtre, le foie récupère et élimine de nombreuses toxines. Il est même capable de se régénérer seul, cependant lors d’une consommation abusive et répétée d’alcool par exemple, le foie se transforme parfois de façon irréversible.

 

Mise à part le mal être général ressenti après une soirée trop arrosée, le foie s’active en coulisse pour éliminer toutes les toxines alcooliques accumulées. Malgré son efficacité, il ne peut pas toujours traiter les toxines en excès et cela donne lieu à des dommages importants. Sur le long terme ces dommages se caractérisent par une inflammation du foie et la mort des cellules hépatiques, ainsi qu’à l’apparition d’un tissu cicatriciel (remplacement du tissu endommagé) entraînant le durcissement du foie et la cirrhose.

Le foie et la peau son très semblables dans leur fonction auto-régénératrice à ceci près que le foie a très peu de terminaisons nerveuses. Lorsque vous vous brulez, les nerfs vous font ressentir la douleur. Il n’en va pas de même pour le foie. Si ce dernier est endommagé, il est très peu probable que de fortes douleurs soient ressenties. Il est donc primordial de comprendre les effets de l’alcool sur un des organes les plus vitaux du corps humain.

Diverses maladies peuvent endommager le foie. On distingue deux grands types de troubles spécifiques : la fibrose (cicatrisation de l’organe) suivie de la Stéatose (accumulation de gras dans le foie) et la cirrhose. Ces troubles sont, le plus souvent, provoqués par un usage abusif de l’alcool.

Stéatose et fibrose

La stéatose hépatique est une accumulation anormale d’un type de corps gras à l’intérieur des cellules hépatiques. Les symptômes se traduisent souvent par une sensation de fatigue, une légère gêne abdominale et une augmentation du volume du foie. La consommation excessive d’alcool est la principale cause de ce trouble. L’inflammation qui en résulte peut évoluer en cicatrisation (fibrose). La fibrose est la mise en place d’un tissu cicatriciel dans le foie. Elle se produit lorsque le foie essaie de se réparer et de remplacer les cellules endommagées de manière répétitive par l’alcool. Ces nouvelles cellules n’accomplissent aucune des fonctions vitales comme le traitement des toxines dans le corps.

Après des mois ou des années de lésions continues, la fibrose devient permanente et est impossible à endiguer. Dans ce cas, les lésions sont telles que l’on parle de cirrhose du foie.

La cirrhose

La cirrhose se définit comme une déformation étendue de la structure du foie qui survient après un stade avancé de fibrose. La structure interne du foie se trouve totalement modifié par ce trouble. Les fonctions de traitement des toxines ne fonctionnent plus et la cicatrisation peut bloquer la circulation sanguine. Plus les lésions progressent, plus le foie rétrécit ! Les symptômes d’une cirrhose sont une perte d’appétit, une perte de poids, une sensation générale de malaise et une asthénie (affaiblissement de l’organisme, fatigue physique). D’autre part, l’extrémité des doigts peut s’élargir, la peau et le blanc des yeux prennent une teinte jaunâtre.

Il est souvent difficile de prédire la vitesse de progression de la cirrhose, mais celle-ci est permanente.

Qu’est-ce qu’une consommation d’alcool modérée

Le risque de maladie hépatique est plus simple à comprendre si l’on connaît la quantité d’alcool que l’on consomme (volume, fréquence, durée).

Chez l’homme, le risque de contracter des troubles hépatiques augmente considérablement s’il consomme plus de 3 verres d’alcool par jour et de 15 par semaine. On considère qu’après une telle consommation sur une durée de 10 ans ou plus, le risque de développer une cirrhose est multiplié par deux.

En revanche, les femmes sont plus sujettes aux maladies hépatiques alcooliques. Elles présentent le même risque de développement de maladies du foie si elles consomment 2 verres d’alcool par jour et 10 par semaine. Le système digestif de la femme est moins capable de traiter l’alcool, ce qui augmente la quantité des toxines qui atteignent le foie. Enfin, il est conseillé aux hommes et aux femmes de s’abstenir de consommer de l’alcool un jour par semaine au minimum pour éviter l’accoutumance physique et psychologique(lire: 28 bénéfices de cesser l’alcool pendant 28 jours).

 

effets alcool foie

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: