06-17-2020

Durant 16 jours, trois intervenantes du programme pour femmes toxicomanes souffrant de problèmes de santé mentale (TSTM) ont partagé leur quotidien avec deux nouvelles arrivantes le temps d’une quarantaine obligatoire due au Coronavirus. Jour et nuit, ces dernières ont évolué dans un appartement supervisé afin de débuter le programme de réadaptation en toxicomanie. Une nouvelle preuve de la détermination et du dévouement sans faille des équipes de Portage.

Le programme de réadaptation en toxicomanie TSTM est ouvert depuis deux ans maintenant aux femmes qui souffrent de troubles concomitants. Plusieurs femmes sont déjà passées par ce programme dont la nécessité n’est plus à démontrer. En effet, le traitement à la fois de la dépendance et des troubles psychiques est une chose assez rare dans le milieu de la réadaptation. Face à la pandémie de coronavirus, l’admission de nouvelles résidentes au sein du centre a dû être totalement repensée. Johanne Cadieux, la responsable des admissions, accompagnée de deux autres intervenantes (Valérie Chartier et Liane Berry) se sont rendues dans un appartement pendant 16 jours afin d’accueillir deux nouvelles résidentes.

Ainsi, le 11 mai 2020 commençait cette phase de quarantaine pour les cinq femmes. Chacune d’entre elles possédait sa propre chambre pour garder une part d’intimité et la possibilité de se retrouver un moment seul. En effet, réunir 2 usagers qui ne se connaissent pas dans une période de confinement peut apporter son lot de tensions. Ces dernières ont commencé leur thérapie durant ces deux semaines d’isolement. Une réunion via un logiciel de vidéoconférence a été organisée afin de commencer à créer un lien avec le reste de la communauté des filles alors présentes au centre TSTM, à Montréal.

Johanne nous a raconté cette expérience hors du commun : « Avec la crise du COVID-19, il fallait trouver un moyen de continuer à aider les femmes qui avaient besoin de nous. On m’a mise en charge d’organiser cette phase d’orientation (les premières semaines de la thérapie) en quarantaine pour éviter toute transmission du virus au reste du staff et de la communauté. Je me suis installé un bureau pour continuer à passer des appels et faire avancer les dossiers d’admission en même temps. Avec les deux autres intervenantes, on se relayait pour qu’il y ait en tout temps au moins une de nous présente. J’ai fait 165 heures, dont 8 nuits sur place en 16 jours. »

Les intervenantes se sont donc totalement mises à disposition des deux nouvelles arrivantes dans ce contexte exceptionnel.

« Le cuisinier du centre nous faisait parvenir des produits congelés, mais on devait faire la bouffe tous ensemble. J’étais infirmière, cuisinière, intervenante, tout ça en même temps! » nous dit la responsable des admissions.

« Nous prenions des marches à tous les jours et nous allions faire des bains de soleil sur la terrasse. Cette expérience était exceptionnelle pour les deux filles. Elles étaient quand même privilégiées d’avoir trois intervenantes justes pour elles. Ça a permis de créer un vrai lien entre les deux. Elles ont fini par s’appeler ma sœur. Les filles du programme les ont vraiment bien accueillis, elles ont même écrit un poème de bienvenue. »

Une nouvelle fois, la magie opère à Portage.

One Response to “TSTM Femmes : des intervenantes partagent la quarantaine avec les nouvelles arrivantes”

  1. Nathalie Langelier

    Bravo Johanne,

    Je crois que c’est deux personnes ont eu un grand privilège de te côtoyer d’aussi proche en début de programme, y’a de quoi être motivé par la suite! Je dis aussi bravo à Portage d’avoir su s’adapter à cette réalité et de permettre aux usagère d’intégrer la communauté afin de répondre à leur besoin de réadaptation. Encore une fois BRAVO disons que l’empathie et le don de soi sont toujours aussi présents!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: