About Portage

04-14-2011

Portage est constamment à la recherche de nouveaux outils ou de méthodes de traitement pouvant mieux aider les toxicomanes à se libérer de leurs dépendances et à réintégrer la société en tant que citoyens productifs.

Le centre de jour de Portage à Québec a lancé un nouveau programme pour victimes de sévices et d’agressions sexuelles, présentant des problèmes de dépendance aux substances psychotropes.
Établi en avril et financé par le Bureau d’aide aux victimes d’actes criminels, ce projet d’un an vise à mieux cerner les besoins de la clientèle présentant des problèmes de dépendance aux substances psychotropes, victime de sévices et d’agressions sexuelles.

Le projet comprend différents volets :

Recherche
Un mémoire de recherche sera rédigé tout au long du projet, sous la supervision de Marie-France Maranda et Jonas Masdonati, chercheurs associés au Centre de recherches et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail. Ce mémoire de recherche, par Karine Cloutier, tentera notamment d’établir le profil de la clientèle et d’évaluer les séquelles engendrées par les abus qui influent sur le quotidien de ces personnes et compromettent leurs chances de succès professionnel.

Clinique
Au centre de Portage à Québec, Isabelle Proulx, sexologue clinicienne, anime des séances de groupe hebdomadaires sur le sujet et supervise l’équipe de travail, afin que celle-ci soit en mesure d’intervenir efficacement sur les diverses formes d’abus vécues par la clientèle. Ariane Lemay-Lafontaine est chargée, quant à elle, de mettre en place un programme d’affirmation de soi et un programme d’estime de soi comportant des exposés théoriques et des exercices pratiques d’intégration.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: