05-10-2019

Depuis un peu plus d’un an, tous les intervenants des centres de réadaptation de Portage sont formés à administrer la naloxone en cas de surdose. Devant l’ampleur de la crise des opioïdes (lire : Épidémie d’opioïdes : addiction sur ordonnance) qui sévit au Canada et aux États-Unis, le Comité de Santé et Sécurité de Portage a pris la décision d’équiper tous les centres de naloxone, qui seule, peut inverser les effets d’une surdose.

En novembre 2017, Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié à la RAMQ la gestion du nouveau Programme de gratuité du médicament naloxone et de certaines fournitures pour faciliter l’accès à la naloxone dans le but d’intervenir rapidement chez une personne victime d’une surdose d’opioïdes. Cette mesure a pour objectif de contrer l’épidémie de surdose au Canada. Le programme de gratuité et d’accessibilité du médicament est très rapidement mis en place dans toutes les provinces du pays.

« Les premiers intervenants, comme les ambulanciers paramédicaux et les pompiers, emploient la naloxone. Des trousses à emporter sont aussi offertes dans la plupart des pharmacies ou par les autorités sanitaires locales à toute personne à risque de surdose ou susceptible d’être témoin d’une surdose. », indique Santé-Canada.

Portage prend la décision, dès le début de l’année 2018, de s’équiper de trousses de naloxone dans tous ses centres de réadaptation. Les kits du médicament sont achetés dans les pharmacies communautaires et comprennent la naloxone, des gants, un masque pour la réanimation cardiorespiratoire ainsi qu’une fiche de rappel des étapes à suivre. Néanmoins, une formation est obligatoire pour administrer l’antidote aux surdoses. Tous les intervenants sont alors formés à l’administration du médicament. La formation est axée sur comment identifier une personne en surdose et comment lui administrer la naloxone de façon sécuritaire. Les intervenants apprennent à utiliser les deux types de trousses offertes : la naloxone en vaporisateur nasal et la naloxone injectable dans n’importe quel muscle de l’organisme.

Cette formation gratuite peut être demandée par n’importe quelle personne qui risque d’être confrontée à une surdose. En avril 2019, Marie-Claude Gélinas, directrice des soins infirmiers de Portage, entame des discussions avec la Direction de Santé Publique du Canada pour permettre au personnel médical à Portage de dispenser la formation sur la naloxone aux nouveaux intervenants. Pour elle, chacun devrait être en mesure d’utiliser cet antidote afin de prévenir au mieux les risques de surdoses mortelles.

Récemment, un intervenant du centre de jour de Québec a dû mettre en application sa formation. Alors qu’il se trouvait dans un organisme partenaire pour une représentation, Jean-François, a vu un client s’effondrer devant lui, victime d’une surdose aux opioïdes. L’intervenant a su maintenir son calme et administrer parfaitement la naloxone afin d’aider cette personne.

Face à la crise qui a fait plus de 2 000 morts par surdose entre janvier et juillet 2018 au Canada, la naloxone pourrait être un moyen de réduire de façon significative le nombre de victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: