02-16-2023

Pourquoi et comment as-tu demandé de l’aide ?

Un conseiller à l’école m’a parlé de Portage. À l’époque, je n’étais pas encore prêt à penser à un traitement, mais l’idée me trottait dans la tête. Une nuit, j’ai réalisé que je ne voulais pas vivre cette vie de dépendance. Le lendemain, j’ai parlé à mes parents, nous avons appelé Portage et trois jours plus tard, j’étais dans le programme résidentiel.

Comment s’est passé le début du programme ?

J’étais nerveux quand j’ai commencé le programme, le premier mois a été très difficile. Mais très vite, nous sommes devenus une famille, même si je ne m’entendais pas vraiment avec tout le monde. Ils m’ont mis à l’aise de telle sorte que j’ai pu être ouvert et partager mon histoire avec eux. Je leur ai dit où en étaient mes pensées, et je les écoutais aussi.

En entrant, j’ai réalisé ce qu’était une communauté, car je n’en avais pas avant. J’avais un mentor pour me guider, et finalement, quelques mois plus tard, je suis devenu un mentor pour les nouveaux résidents. C’est très valorisant d’aider des gens qui sont passés par ce que j’ai vécu quelques mois auparavant.

Qu’as-tu appris sur toi-même ? Comment cela a-t-il changé la façon dont tu vois ta vie ?

Les discussions à l’heure des repas et les séances de ménages qui suivent ont vraiment contribué à m’ouvrir mes yeux. Cela m’a aidé à comprendre mes actions pour me permettre d’analyser davantage ma conduite.

Les rencontres du matin ont été les moments les plus marquants de ma thérapie. J’ai pu admettre ce que j’avais fait de mal et de bien et le partager avec la communauté. Ensuite, j’ai pu m’en servir pour comprendre pourquoi j’ai agi ainsi et l’analyser afin de prévenir ou d’arrêter ces comportements.

Quels étaient les moments forts de la thérapie ?

J’ai beaucoup aimé les excursions que nous avons faites. Je me souviens que nous avons fait beaucoup d’activités, nous sommes allés à la salle de sport. J’ai pu renouer avec mes passions et ce que j’aimais faire. Des activités qui me calmaient, ou des choses que j’aimais dans la vie.

J’ai recommencé à faire de la randonnée, à m’intéresser à la communauté et à l’école. J’avais perdu tout intérêt pour l’école quand j’ai commencé à consommer. Chez Portage, l’école est une partie importante du programme. Cela m’a permis de retrouver mon amour pour les études, ce que je ne pensais pas retrouver. J’ai vraiment aimé cela.

Comment as-tu réussi à rester sobre après ta thérapie ?

Les groupes de suivi, sans aucun doute. Chaque mercredi, je savais que je devais y retourner, leur raconter ma semaine, sachant que je devais être honnête et ouvert, leur dire quand j’avais fait quelque chose de mal. Cela me permet de vivre sans culpabilité. J’ai appris à toujours parler à mes parents ou à un ami.

Les réunions post-cure m’ont appris l’ouverture et l’honnêteté.

Quel effet cela fait-il de revenir chez soi ? Qu’est-ce qui a changé, pour toi et ta famille ?

La vie est fantastique ! C’est incroyable. Ma famille et moi étions assez proches avant, mais maintenant nous sommes extrêmement proches. On se dit tout.

J’ai perdu contact avec mes sœurs lorsque je consommais, je ne leur parlais plus. Maintenant, nous sommes très proches, et nous passons beaucoup de temps ensemble.

Dans ma vie quotidienne aussi, je suis motivé, heureux, et capable de voir le bon côté des choses. Par exemple, si j’ai une mauvaise note à un examen, je ne vais pas me rabaisser. Avant, j’étais perfectionniste et je me rabaissais. Je sais que ce ne sera pas parfait, et je l’accepte.

Portage a été une expérience formidable dans l’ensemble, cela a définitivement changé ma vie, je ne l’oublierai jamais.

 

- John, programme adolescents, Lac Écho, 2020

One Response to “«Je ne voulais pas vivre cette vie de dépendance» – John, programme adolescents, 2020”

  1. A. Hughes

    Cher John, je viens tout juste de lire ton témoignage et je te félicite pour ton cheminement super motivant pour ceux et celles qui passent au travers d’une situation similaire. Je t’encourage très fort à continuer dans le bon chemin. Tes efforts constants te mèneront ou tu veux aller. – Annie, une lectrice de passage 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: