addiction mental illness

01-11-2019

Mon voyage a débuté il y a 34 ans lorsque j’ai intégré l’équipe de Portage pour devenir intervenant en toxicomanie.  Aujourd’hui, je suis le directeur d’un des programmes novateurs de Portage, celui pour toxicomanes souffrant de problèmes de santé mentale (TSTM).

En 1984, Portage existait depuis plus d’une décennie et n’avait pas encore ses 11 centres dans trois régions différentes du Canada. Nous étions plus petits, mais l’ambiance de travail était très familiale. Une partie de ma formation comme intervenant s’est déroulée en Italie, à Milan plus précisément, dans un centre avec lequel nous avions un partenariat de soin. J’avais 27 ans à l’époque et un nouveau parcours professionnel s’ouvrait à moi.

Je suis revenu comme intervenant au centre de Portage au Lac Écho pour le programme adulte. Il s’agit du premier centre de Portage à ouvrir dans les Laurentides le 14 février 1973 grâce aux efforts d’un groupe de citoyens montréalais qui s’alarmait de la progression de la toxicomanie dans la ville. Le centre du Lac Écho se voulait une solution à ce problème social. Le nom Portage a été choisi, car il décrivait bien le processus de réadaptation, qui amène ceux qui s’y engagent à puiser dans leurs forces personnelles pour surmonter ce qui entrave leur chemin. Portage créait un environnement adapté et thérapeutique pour accueillir les toxicomanes en privilégiant le changement d’environnement et l’intégration à une communauté thérapeutique pour briser le cycle de la dépendance.

Premier centre de Portage au Lac Écho

Les années qui ont suivi, j’ai travaillé dans différents programmes qui émergeaient au sein de Portage, dont le programme pour adolescents à Elora, en Ontario, celui du centre de jour de Québec et celui de la réinsertion sociale à Montréal. Nous avions également plusieurs projets à la prison de Donnacona (formation des gardes et implantation d’un programme de communauté thérapeutique pour les prisonniers) et je suis reparti pendant quelque temps en Italie en tant qu’intervenant formateur. Tout était à faire dans le domaine de la toxicomanie, donc Portage se trouvait au centre des défis pour répondre aux besoins des différentes clientèles qui pouvaient bénéficier d’un programme de réadaptation adaptée.

Programme TSTM de Portage

C’est en 1995 que Portage a évalué les besoins d’une clientèle différente qui ne pouvait pas être admise dans les programmes déjà mis en place. Une clientèle qui avait des problèmes de santé mentale et qui nécessitait une équipe médicale spécialisée pour pouvoir entamer le processus de réadaptation en toxicomanie. Comme j’étais depuis quelques années responsable des admissions au Québec, j’ai été mandaté pour mettre en place les actions nécessaires afin que ce programme puisse voir le jour (promotion auprès des hôpitaux). Le programme TSTM a vu le jour en octobre 1995 au Lac Écho avec les premiers résidents et a ensuite été relocalisé à Montréal pour pouvoir accepter plus de 20 personnes. C’est en 2005 que je suis devenu le directeur du programme TSTM.

 

Jusqu’à cette année, le programme était uniquement offert aux hommes. C’est en juin 2018, après avoir bénéficié d’une source de financement public et privé, que le programme a été ouvert à 9 femmes supplémentaires. Il a fallu réaménager les locaux et apporter les changements essentiels au bon fonctionnement du programme.

Tous les avant-midis, les résidents travaillent sur eux-mêmes à l’aide de thérapie de groupe, de séminaires et d’ateliers. Ils dînent ensuite ensemble et chaque après-midi, ils participent à des activités sportives, culturelles ou communautaires pour après se retrouver pour le souper. Une fois par semaine, tous les résidents s’adonnent à des activités d’art thérapie.

Activité d’art thérapie au centre TSTM

 

Pendant la période de Noël, plusieurs activités hivernales sont prévues et la majeure partie du temps, tout le monde est présent au centre qui est décoré pour l’occasion. Les résidents partent pendant 4 jours dans leur famille respective et une porte ouverte pour les parents est organisée avant pour préparer cette longue sortie. Les résidents se font aussi plaisir entres eux avec une activité d’échange de cadeaux.

Je suis très admiratif de la clientèle du TSTM. Je la côtoie tous les jours depuis 13 ans et je la vois se battre contre l’adversité de la santé mentale et de la toxicomanie. Le rayonnement de plusieurs anciens résidents est incroyable, dont trois anciens du programme qui sont maintenant intervenants au TSTM. Comme un capitaine de bateau, mon travail est de m’assurer que les membres de l’équipage et les passagers se rendent à destination et qu’ils ont fait un beau voyage.

 

 

Antonio Maturo, Directeur du centre TSTM

 

Lire Toxicomanie et santé mentale, un mélange qui ne s’harmonise pas

7 Responses to “Voyage au cœur de la dépendance”

  1. Francine Giroux

    Félicitations, cher Antonio, pour cet impressionnant parcours! J’ai d’excellents souvenirs des dîners mémorables avec toi et Louise Lacasse. .. Tu nous apprenais bien des choses et tu nous faisais rire!! Tu es chic bonhomme, dans les deux sens!! Je te souhaite de réaliser toutes tes aspirations. Je t’embrasse Bien fort.

    Répondre
  2. Isabelle O'kane

    Bravo a vous !!! ma fille est presentement au soutient mere enfant !!! quelle belle organisme vous avez!!! Félicitations a vous et vos équipes!!!!

    Répondre
  3. Chantale S

    Merci a Portage TSTM Montreal à chacun qui ont aidé mon fils avec générosité . Bravo à lEquipe

    Répondre
  4. Nathalie Langelier

    Très touchant ce témoignage Antonio. Il faut continuer ce merveilleux travaille, et garder le coté humain.
    Encore une fois BRAVO!

    Répondre
    • Lucie scott

      Merci Antonio pour ce beau grand témoignage. Votre travail est chaque jour récompensé de réussite. Je témoigne les succès des gens que vous avez sauvés par ce magnifique programme. Merci au nom des familles qui sont aussi supporter dans le programme. Une autre valeur inestimable. 💕

      Répondre
  5. Suzanne Lalonde

    Très plaisant de lire votre parcours !
    Merci pour votre implication, à vous ainsi qu’à votre équipe d’intervenants; vous avez permis à mon fils de se « re »-découvrir et de se sortir de cet univers malsain qu’est la toxicomanie.

    Déjà 6 ans qu’il est sobre, qu’il utilise son « coffre d’outils » acquis à TSTM.

    Je ne le dirais jamais assez : Merci du fond du coeur 🙂

    Répondre
  6. Joane Thivierge

    Joane Thivierge

    Bien des souvenirs et une fin heureuse.
    Depuis juin 2007, il n’a jamais retouché aux drogues, au fil de son cheminement il a compris beaucoup de choses et il les a mis en pratique. Il est heureux et fier de lui.
    Merci à toute l’équipe du TSTM.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign me up for the following newsletters: