About Portage

05-05-2014

Montréal, le 5 mai 2014- En cette semaine nationale de la santé mentale, Portage souhaite mettre en lumière la coexistence des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, une problématique qui a augmenté de 38 % entre 1990 et 2010 dans le monde [1]. Au Canada, la perte de productivité liée à cette réalité est évaluée à quelque 33 milliards de dollars par année [2].

50 % des toxicomanes souffrent d’un problème de santé mentale. Pourtant, ces personnes sont trop souvent traitées pour un seul des deux problèmes à la fois. Au Canada, plus de 35 % des patients de 15 à 65 ans hospitalisés en psychiatrie [3] souffraient de troubles de santé mentale et de toxicomanie. Ces personnes ont 25 % plus de probabilité d’être réadmises à l’hôpital dans l’année suivant leur congé et la durée de leur séjour est de 19 % plus longue.

Une expertise dans le traitement

Dès 1995, Portage fait preuve de leadership dans le traitement de la double problématique lorsqu’il met sur pied son programme résidentiel conçu pour répondre spécifiquement aux besoins des toxicomanes souffrant de problèmes de santé mentale (TSTM). Outre ce centre pour une clientèle plus lourde de schizophrènes, Portage remarque une croissance chez sa clientèle.
Afin de bien répondre à ce nouvel enjeu dans chacun de ses huit programmes au Québec, Portage collabore notamment avec des partenaires du domaine de la santé mentale accordant un accès privilégié à un corridor de services en santé mentale aux résidents de son centre pour adolescents de Saint-Malachie, permettant ainsi d’offrir les meilleurs soins possible aux résidents qui souffrent de problèmes de santé mentale. Il fait de même avec l’Institut Douglas pour son centre pour adolescents anglophones situé à Beaconsfield.
« Je suis fier de voir que l’expertise développée par Portage pour aider les gens aux prises avec un trouble de santé mentale et de toxicomanie est reconnue. Nous poursuivons d’ailleurs nos efforts pour toujours mieux accompagner les personnes qui souhaitent vaincre la toxicomanie. En effet, depuis quelques semaines, des intervenants de Portage visitent l’Unité de psychiatrie des toxicomanies du CHUM afin d’offrir des groupes de thérapie à ses patients souffrant de la double problématique de santé mentale et de toxicomanie pour les soutenir vers la réadaptation », explique Peter A. Howlett, président de Portage.
À propos de Portage
Depuis plus de 40 ans, Portage a aidé des milliers de toxicomanes à vaincre leur dépendance. L’organisme offre une multitude de services adaptés aux besoins de ses résidents adultes, adolescents, mères toxicomanes avec jeunes enfants, toxicomanes enceintes et toxicomanes souffrant de problèmes de santé mentale. Portage gère huit centres de traitement de la toxicomanie au Québec : à Montréal, Beaconsfield, Prévost, Québec et à Saint- Malachie. Deux autres établissements desservent les populations adolescentes de l’Ontario et du Canada Atlantique.

Pour de plus amples renseignements, visitez le www.portage.ca.

1 The Lancet, Volume 382, Issue 9904, pp. 1575-1586, 9 November 2013. “Global burden of disease attributable to mental and substance use disorders: findings from the Global Burden of Disease Study 2010”

2 Martin Shain et. al., Mental Health and Substance Use at Work: Perspective from Research and Implications for Leaders, document de travail préparé pour la Global Business and Economic Roundtable on Addiction and Mental Health, 14 novembre 2002 (inédit).

3 Institut canadien d’information sur la santé – Services de santé mentale en milieu hospitalier pour maladie mentale avec troubles concomitants liés à la consommation de psychotropes au Canada, mis à jour mai 2013.