About Portage

11-21-2013

En cette semaine de prévention de la toxicomanie, Portage souhaite mettre en lumière la coexistence des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. À travers le monde, cette problématique a augmenté de 38% entre 1990 et 2010 [1].  Au Canada, la perte de productivité liée à cette réalité est évaluée à quelques 33 milliards de dollars par année [2].

 

50% des toxicomanes souffrent d’un problème de santé mentale. Pourtant, ces personnes sont trop souvent traitées pour un seul des deux problèmes à la fois. Au Canada, plus de 35% des patients de 15 à 65 ans hospitalisés en psychiatrie [3] souffraient de troubles de santé mentale et de toxicomanie. Ces personnes ont 25 % plus de probabilité d’être réadmis à l’hôpital dans l’année suivant leur congé et la durée de leur séjour est de 19% plus longue.

La prise en charge de ces patients demeure difficile. Les taux élevés de récurrence mettent à rude épreuve le système de santé. Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de toxicomanie ont des besoins complexes d’où l’importance des traitements intégrés qui abordent tant les deux questions.

Au Québec, Portage a fait preuve de leadership en mettant sur pied, dès 1995, un programme résidentiel conçu pour répondre spécifiquement aux besoins des toxicomanes souffrant de problèmes de santé mentale (TSTM). Soutenu par le secteur privé au début et maintenant par le gouvernement du Québec, il accueille des hommes souffrant de problèmes de santé mentale, principalement la schizophrénie, et de toxicomanie. Il traite les deux conditions ainsi que leurs interactions.

Assurer le financement de tels programmes est essentiel vu leur impact sur le réseau de la santé. Les coûts engendrés par leur mise en place sont mineurs comparativement à ceux générés notamment par les multiples visites dans les urgences lorsque ces personnes sont en crise.

Chez Portage, nous avons bon espoir que ce programme novateur perdurera. Une fois le séjour chez Portage complété, les résidents disposent des outils nécessaires pour bien accepter et gérer leur maladie mentale et continuer sur le chemin de la sobriété, libres des voix qui les hantaient à leur arrivée chez nous.

Nous profitons de la Semaine de prévention de la toxicomanie pour remercier tous ceux qui nous supportent dans la réalisation de notre mission, notre personnel dévoué et pour souligner le courage des résidents qui réussissent à vaincre la double problématique de la toxicomanie et de la santé mentale.

Peter Vamos, directeur général, Portage

Sources: 
[1] The Lancet, Volume 382, Issue 9904, pp. 1575-1586, 9 November 2013. “Global burden of disease attributable to mental and substance use disorders: findings from the Global Burden of Disease Study 2010”

[2] Martin Shain et. al., Mental Health and Substance Use at Work: Perspective from Research and Implications for Leaders, document de travail préparé pour la Global Business and Economic Roundtable on Addiction and Mental Health, 14 novembre 2002 (inédit).
 

[3] Institut canadien d’information sur la santé – Services de santé mentale en milieu hospitalier pour maladie mentale avec troubles concomitants liés à la consommation de psychotropes au Canada, mis à jour mai 2013

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sign me up for the following newsletters: